Histoire


histoire de roscoff

L’histoire de Roscoff est celle d’un port d’où partit en 1404 jean de Penhouët, amiral de Bretagne, pour aller combattre la flotte anglaise qu’il rencontra et vaincu au cap Saint-Mathieu, près de Brest.

Lorsqu’en 1548, Marie Stuart, âgée de cinq ans, y débarqua, venant d’Ecosse pour être fiancée au Dauphin de France, déjà beaucoup de maisons en lourd appareil de granit témoignaient de la fortune des armateurs locaux.

Le 10 octobre 1746, le prétendant du trône d’Angleterre Charles-Edouard Stuart, vaincu à Culloden, fut débarqué à Roscoff par un corsaire de Saint-Malo qui le sauva de la poursuite de deux vaisseaux ennemis. Sous le premier empire, Roscoff était encore célèbre comme relâche de corsaires.

 

 

Ce n’est qu’en 1790 que le port se sépara de Saint-Pol-de-Léon pour s’ériger en commune. En 1828, débute l'histoire des Johnnies,  des roscovites partis vendre leurs oignons rosés en Angleterre. Ils ont été surnommés ainsi car, à cette époque, ils emmenaient avec eux leurs enfants, âgés d'une dizaine d'années et petits par la taille. Les Anglais les ont ainsi appelés les « petits jean » (Yann en Breton, prénom très usuel), qui se dit « Johnnies » en anglais.

À partir des années 1870, la ville se construit et s'améliore. En 1872, est créé le laboratoire de la station biologique, suivi en 1899, par la création de l'institut marin du Docteur Bagot, l'institut RockRoum, premier établissement de thalassothérapie en Europe. En 1883, la voie ferrée Morlaix-Roscoff est enfin achevée, facilitant ainsi le transport des malades.

En 1972, a lieu la première liaison car-ferry avec l'Angleterre, au port du Bloscon.

Avez-vous apprécié cet article, cette page ? Faîtes le nous savoir :